Partager cet article

LE RISQUE ROUTIER, TOUS RESPONSABLES

Quel que soit le secteur d'activité d'une entreprise, ses salariés sont régulièrement amenés à se déplacer ce qui les expose au risque routier.

Ce risque se définit comme une mise en danger de soi et des autres, au cours d'un déplacement, qu'il soit motorisé ou non.

Aujourd'hui les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité au travail.

En 2015, 483 personnes sont décédées dans un accident de la route au cours d'un trajet domicile-travail ou d'une mission professionnelle, et 4 520 ont dû être hospitalisées.

Au total, 40% des accidents corporels impliquent un usager effectuant un déplacement professionnel.

La population masculine est surreprésentée dans les accidents liés au travail, 77% dans un trajet domicile-travail et 87% lors d'un trajet professionnel.

Ces drames sont également à l'origine de près de 6 millions de journées de travail perdues. Un constat alarmant, face auquel il faut impérativement réagir.

 

Un risque professionnel à part entière

Lorsqu'un salarié est amené à se déplacer dans le cadre de son poste de travail, il est exposé au risque routier de missions. Ce risque doit être évalué, comme tout autre risque professionnel de l'entreprise.

D'autant plus qu'en missions, le risque est majoré par des injonctions très paradoxales :

 

 

Chaque salarié conducteur est soumis aux obligations du Code de la Route et peut voir sa responsabilité pénale engagée en cas d'infraction.

En outre, le code du travail fait peser sur l'employeur une obligation de sécurité de résultat pour ses salariés. Cette obligation continue de s'appliquer lorsque le salarié est en mission sur la route pour son entreprise, y compris dans son véhicule personnel.
Pour les entreprises, il est primordial de mettre en place une démarche de prévention du risque routier de mission, afin de sécuriser les déplacements des collaborateurs.
Pour les salariés, il est impératif de respecter les actions de prévention mises en place dans son entreprise.

 

Adopter une démarche préventive

Toute démarche débute par l'identification des risques. Cette étape fait émerger les facteurs de risques, qui doivent ensuite être classés et de les priorisés.

 

 

Les actions préventives sont ensuite à définir pour chaque facteur de risque. Il convient de les tracer, les planifier, puis les évaluer sur le long terme. Le tout est inscrit dans un plan d'action.

Ce dernier donne une vision d'ensemble de la démarche préventive afin d'améliorer le management :

  • des déplacements
  • du parc
  • des communications
  • des compétences

 

Etre accompagné pour la prévention

Pour vous accompagner dans vos démarches, vous pouvez vous appuyer sur votre service de santé au travail.

En l'espace d'un an, les équipes pluridisciplinaires ASTIA ont remis à 550 employeurs la fiche conseil Risque routier - employeur et à 3 500 salariés, la plaquette Le risque routier de mission.

15 entreprises ont poursuivi la démarche et ont inscrit le risque routier dans leur Document Unique. A cette occasion, certaines se sont dotées d'une personne ressource "Analyse accidents et incidents" ou d'un comité dédié qu'ASTIA peut accompagner.

N'hésitez pas à contacter votre médecin du travail et son équipe pluridisciplinaire.

 

Pour en savoir plus :

 

ASTIA encourage ses adhérents à être partenaire de la sécurité routière

ASTIA encourage les entreprises à veiller à la sécurité de leurs collaborateurs sur la route, et à suivre les actions mises en place par la sécurité routière.

En 2016, 21 entreprises, qui emploient 1,1 million de salariés, ont signé l'appel national lancé par le Ministère du Travail et le Ministère de l'Intérieur en faveur de la sécurité routière au travail.

7 engagements pour une route plus sûre

L'appel incite les entreprises à tout mettre en oeuvre pour que leurs collaborateurs ne prennent aucun risque au volant. En y adhérant, les entreprises souscrivent un manifeste contenant 7 engagements forts :

  1. Limiter aux cas d'urgence les conversations téléphoniques au volant
  2. Prescrire la sobriété sur la route
  3. Exiger le port de la ceinture de sécurité
  4. Ne pas accepter le dépassement des vitesses autorisées
  5. Intégrer des moments de repos dans le calcul des temps de trajet
  6. Favoriser la formation à la sécurité routière des salariés
  7. Encourager les conducteurs de deux-roues à mieux s'équiper
     

Pour plus d'information, ASTIA vous invite à consulter le site entreprises route plus sûre de la sécurité routière.