Partager cet article

MIEUX VIVRE LE TRAVAIL DE NUIT

La nature des risques associés, à court ou moyen terme, au travail de nuit est très large. En France, 15% des travailleurs sont concernés par le travail de nuit.

 

Pourquoi s'inquiéter du travail de nuit ?

  • Accidents : de travail, de la route...
  • Maladies cardio-vasculaires : hypertension artérielle, infarctus...
  • Troubles métaboliques : hypercholestérolémie, obésité, diabète...
  • Troubles psychiques : anxiété, nervosité, syndrôme dépressif...
  • Surconsommation de produits psychoactifs : médicaments, tabac, alcool...
  • Risque accru de cancer : colon, sein...

Le travail de nuit peut également devenir un facteur d'isolement social, voire familial.

Prévenir les risques

Des mesures simples de prévention peuvent limiter les risques et prévenir l'apparition d'un syndrôme de désadaptation au travail de nuit.

Une alliée de choix : la sieste

Elle correspond à un besoin naturel de repos en milieu de journée.

La sieste est le meilleur médicament pour traiter la somnolence et le manque de sommeil.

Faire la sieste s’apprend :

  • S’installer : au calme, dans la pénombre
  • Se relaxer : respirer calmement, détendre les muscles, ne penser à rien
  • Dormir : 10 à 20 min. maximum (exceptionnellement 1 à 2 h si la nuit a été courte)

Lorsque l’on n’y arrive pas, il faut perséverer ! Même sans dormir, ce moment de repos est toujours bénéfique.

 

Etre accompagné face au travail de nuit

Votre service de santé au travail peut vous aider à évaluer les risques, vous informer sur le travail de nuit, vous conseiller sur l'aménagement des postes de travail et des plages horaires…

N’hésitez pas à contacter votre médecin du travail et son équipe pluridisciplinaire.

 

Pour plus de renseignements :

Site Travailler Mieux : Travail de nuit

Site de l'INRS : Horaires atypiques de travail