Suivi individuel des salariés

Depuis la Loi Travail 2016, le suivi individuel Santé Travail est différent selon la situation professionnelle (poste de travail, risques d’exposition) et personnelle (âge, état de santé) des salariés. Il est réalisé par un professionnel de santé : le médecin du travail et, sous son autorité, l’infirmière, le médecin collaborateur ou encore l’interne.

 

 

Qui est concerné ?

Tout salarié disposant d'un contrat de travail bénéficie d'un suivi individuel en Santé Travail, dès l'embauche et tout au long de son parcours professionnel (excepté les personnes effectuant un service civique).

   

Comment est-il organisé ?

Il est effectué par les professionnels de santé, dont le médecin du travail, selon une périodicité adaptée à la situation professionnelle et personnelle du salarié. Elle ne peut pas excéder 5 ans.

 

 

 

 Les différents RDV du suivi Astia

 

A l'embauche

Visite d’information et de pré­vention ou examen médical d’aptitude, un premier rendez-vous doit toujours être organisé avec un professionnel de santé.

En savoir plus

 

Suivi périodique

Les visites d’information et de pré­vention, et les examens médicaux d’aptitude permettent de vérifier que le poste de travail est toujours compatible avec l’état de santé du salarié et que l’activité professionnelle n’altère pas la santé du salarié.

En savoir plus

 

Visite à la demande de l'employeur ou du salarié

Cet examen s'organise uniquement sur demande écrite médicalement justifiée lorsqu'un salarié rencontre des difficultés impactant son travail ou celui des autres, ou en lien avec son travail.

En savoir plus

 

Visite de pré-reprise 

Cette visite est obligatoire en cas d'arrêt de travail supérieur à 3 mois (pendant l'arrêt) pour le salarié dont le problème de santé annonce des difficultés probables à reprendre son poste de travail.

En savoir plus

 

Visite de reprise

Cette visite obligatoire doit être demandée par l’employeur dans chacun des cas suivants :

  • Après un congé maternité
  • Après une absence pour maladie professionnelle
  • Après toute absence supérieure à 30 jours (accident du travail, maladie ou accident non professionnel). En cas d’arrêt inférieur à 30 jours causé par un accident du travail, le médecin doit être informé et juge de la pertinence d’un examen médical

En savoir plus